Côté pratique

Se développer : mode d'emploi

Le président veille à ce que de nouveaux adhérents intègrent régulièrement l'association, de manière à assurer l'avenir. Pour cela, il travaille avec son conseil d'administration pour renforcer l'attractivité de l'association et l'adapter aux attentes des nouveaux retraités. Ces derniers ont des envies et des modes de fonctionnement différents de leurs aînés. Il est important de leur faire une place au sein de l'association et de leur permettre de la faire évoluer. Différents leviers permettent de renforcer l'attractivité de l'association...

 

AMÉLIORER L’IMAGE DE L'ASSOCIATION


    • changer les noms désuets (« soleil d’automne », « les fils d’argent », etc.) ;
    • utiliser les outils de communication modernes (e.mail, blogs, pages facebook, etc.) ;
    • mettre en avant nos activités novatrices (activités physiques, sociales, numériques, culturelles) ;
    • utiliser partout le logo Générations Mouvement ;
    • laisser des prospectus et le calendrier des activités dans les services et commerces locaux, chez le coiffeur, le médecin, etc. ;
    • renouveler les responsables bénévoles (tout en saluant les anciens).

 

DIVERSIFIER LES ACTIVITÉS


    • les voyages et sorties découverte ;
    • les activités physiques (randonnée, aquagym, taï-chi, danse en ligne, etc.) ;
    • les activités culturelles (découvertes, théâtre, cinéma, visites, conférences, expositions) ;
    • les activités manuelles (vannerie, patchwork, scrapbooking, peinture, compositions florales) ;
    • et le numérique (internet, photo, etc.).

 

MODERNISER LES FONCTIONNEMENTS


    • soigner le fonctionnement associatif (mise à jour des statuts, élections démocratiques, etc.) ;
    • utiliser les « bas de laine » pour investir dans les activités, le matériel, etc. ;
    • utiliser Saga (gestion des adhérents, communication, compta informatisée, vidéo-projection en Assemblée générale, etc.) ;
    • responsabiliser les adhérents dans la mise en place de nouvelles activités ;
    • travailler en équipe et déléguer ;
    • créer des sections thématiques, à horaires variés ;
    • accepter les adhérents zappeurs, qui ne viennent que pour une seule activité ;
    • nommer un chargé d’accueil des nouveaux adhérents ;
    • profiter des changements de présidence pour instaurer des limites de mandats dans les statuts.

 

S’OUVRIR DAVANTAGE SUR L’ENVIRONNEMENT


    • rencontrer chaque nouvel arrivant sur la commune ;
    • développer les activités et partenariats avec d’autres associations ;
    • participer à la vie communale (CCAS, Comité des fêtes, école, etc.) ;
    • solliciter systématiquement les talents de la commune (ancien fleuriste ou informaticien, photographe amateur, bricoleur, etc.) ;
    • proposer des journées « portes ouvertes » et participer aux forums en soignant le stand. 

La demande de subvention

Pour remplir leurs objectifs, les associations ont besoin de financements. Les cotisations suffisent rarement et les excédents tirés des activités sont limités par les services fiscaux. Obtenir des subventions est donc incontournable pour les associations. Pour ce faire, il existe un formulaire unique de demande de subvention aux collectivités publiques (cerfa 12156*06).

OBTENIR UN NUMÉRO DE SIREN


Pour être identifiée par les acteurs institutionnels ou privés, pour recevoir une subvention communale, l’association doit s’enregistrer auprès de différents organismes et posséder un certain nombre de numéros d’immatriculation. Cet enregistrement est indispensable pour des formalités relatives à l’embauche, l’obtention de subvention, etc.

  • Numéro de RNA

    Lors de la déclaration de création d’une association à la Préfecture, l’inscription donne lieu à une première immatriculation sous la forme d’un numéro RNA (appelé parfois par l’administration “numéro de dossier”), composé d’un W suivi de 9 chiffres (anciennement 038 1 suivi de 5 chiffres). Ce numéro figure sur tous les récépissés de création ou de modification délivrés par la préfecture.

  • Numéro de SIREN

    Votre association reçoit des subventions ou des paiements en provenance de l’Etat ou des collectivités territoriales. La perception de votre secteur vous demandera un numéro de SIREN à 9 chiffres. Vous ne pouvez pas utiliser le numéro de la Fédération, vous devez avoir votre propre numéro. La demande d'attribution doit être effectuée directement sur internet après avoir créé votre compte asso.

CIBLER LES DEMANDES


Selon la nature de votre projet (social, culturel), dressez la liste des organismes susceptibles de vous aider : la commune ou communauté de communes, le département (conseil départemental, Préfecture, DDCSPP), la région, l'État, les partenaires (MSA, Groupama), ou encore les fondations et structures privées qui ont toujours intérêt à épauler de bonnes causes pour leur image et la réduction de leurs impôts. Chaque fois, efforcez-vous d’avoir un contact nominatif.

RESPECTER LES PROCÉDURES


Certains organismes ont des « formulaires types », d’autres étudient les dossiers tels qu’ils se présentent. Il faut donc s’enquérir du contenu attendu par chacun. De même, les décisions d’octroi de subventions sont souvent prises par des commissions qui ne se réunissent pas toujours régulièrement. Il faut donc connaître les dates de ces réunions et respecter les délais de dépôt des dossiers pour éviter les déceptions.

SOIGNER LE DOSSIER


Généralement, il se divise en deux parties :

    • présentation de l’association (statuts, composition du Conseil, nombre d’adhérents, comptes du dernier exercice écoulé, budget prévisionnel, RIB) ;
    • présentation du projet (objectifs, public cible, descriptif complet, calendrier, budget prévisionnel et méthode prévue pour l’évaluation).

Concernant le budget prévisionnel, faites apparaître toutes les dépenses et recettes, sans les minorer ni les gonfler. Mettez en évidence le coût supporté par l’association (en valorisant le temps consacré par les bénévoles) et les éventuelles aides déjà obtenues. Ce dossier dactylographié et bien présenté (effort de lisibilité, de mise en page, avec photos ou illustrations) sera accompagné d’un courrier signé par le président. Celui-ci devra montrer l’intérêt du projet, tant pour ses bénéficiaires que pour les financeurs sollicités.

SUIVRE LE DOSSIER


Après envoi du dossier, appelez l’organisme pour vous assurer qu’il l’a bien reçu. Profitez-en pour vous présenter. L’allocation d’une subvention dépend parfois de peu de choses et un contact direct est toujours un plus. En fonction des dates d’étude de votre dossier, sachez relancer l’organisme pour lui montrer que vous comptez vraiment sur son aide, mais sans non plus le harceler.

MAINTENIR LE CONTACT



Quand la subvention a été accordée et que le projet a vu le jour, n’attendez pas qu’on vous le réclame pour adresser à l’organisme qui vous a soutenu un bilan final quantifié (nombre de personnes touchées, bilan financier), accompagné d’une lettre de remerciements. Vous serez peut-être amené à solliciter à nouveau cet organisme dans le futur. 

Les déclarations et demandes d'autorisations obligatoires

 

SACEM


 

L'association qui organise des activités utilisant  de la musique, vivante ou enregistrée, doit déclarer ces activités à la SACEM, organisme chargé de collecter et redistribuer les droits des auteurs d’oeuvres musicales. Cette déclaration se fait par courrier ou par internet à la Délégation régionale de la Sacem dans les 15 jours précédant la manifestation. En retour, l’organisme vous délivre un contrat général de représentation à remplir et à lui retourner. Celui-ci vaut autorisation d’utilisation des oeuvres du répertoire. Dans les dix jours suivant la manifestation, il est nécessaire de transmettre à la Sacem le résultat financier de la manifestation (recettes et dépenses) pour le calcul des droits, en joignant la liste des oeuvres diffusées. La Sacem vous réclame alors le paiement des droits d’auteur. N’oubliez pas de mentionner votre appartenance au Mouvement pour obtenir 12,5 % de réduction !

 

GUICHET UNIQUE (GUSO)


 

Lorsque l’association emploie un musicien ou un orchestre, elle doit prendre contact avec le Guichet unique ou GUSO. Il s’agit d’un service gratuit de Pôle Emploi qui permet aux associations organisant de manière occasionnelle des spectacles vivants (au maximum de six par an) d’acquitter en un seul règlement l’ensemble des cotisations sociales dues. Une démarche en 4 étapes :

  • vous enregistrez votre association sur le site du GUSO (www.guso.fr),
  • vous remplissez en ligne et avant le spectacle, pour chaque salarié, une déclaration préalable à l’embauche (DPAE),
  • le GUSO vous adresse alors un formulaire qui vaut contrat de travail et qui détaille le montant des cotisations dues,
  • vous payez au GUSO les cotisations. Attention : cette obligation ne s’applique que dans le cas où l’association est employeur. Rappelons aussi que la déclaration au GUSO ne dispense aucunement de la déclaration Sacem.

 

DÉBIT DE BOISSONS


 

L'ouverture d'une buvette est soumise à autorisation municipale, demandée 15 jours minimum avant la manifestation. Limitées à 5 par an, ces autorisations vous permettent de vendre des boissons des catégories 1 à 3 (sans alcool et contenant moins de 18° d'alcool). L'affichage de cette autorisation municipale et des prix nets est par ailleurs une obligation. Elle vous couvre en cas de problème lié à la consommation de boissons interdites apportées par l'un des participants.

 

TOMBOLAS ET LOTOS


 

Les articles L.322-1 et L. 322-4 du code de la sécurité intérieure disposent que « les loteries de toutes espèces sont prohibées ». Il existe toutefois une dérogation pour les lotos traditionnels (aussi appelés « poules au gibier, » « rifles » ou « quines »), lorsqu'ils sont organisés dans un cercle restreint, dans un but social, culturel ou d'animation sociale et qu'ils se caractérisent par des mises de faible valeur, inférieures à 20 euros. Les lots ne peuvent en aucun cas consister en sommes d'argent ni être remboursés. 

Les différents sites à disposition

 

GRAND PUBLIC


www.generations-mouvement.org

Le site internet national de Générations Mouvement www.generations-mouvement.org a été créé avec deux objectifs majeurs :

      • mettre à disposition des responsables et adhérents
        de nos associations, des documents et informations utiles,
      • ouvrir le mouvement sur son environnement, et permettre à des associations non fédérées, ou à de simples internautes, de nous découvrir.

Une lettre d'information (newsletter) hebdomadaire intitulée Actu GM 2.0  permet d'être informé par messagerie des derniers articles publiés.

 

RESPONSABLES


  • Le Blog des responsables

www.responsables-gm.org

Toute l'actualité indispensable au fonctionnement et au développement des associations affiliées au réseau de Générations Mouvement.

Un simple clic sur une icône permet de recevoir une notification lorsqu'un article important est publié.

  • L'espace Ressources

(Après connexion à son compte saga)

www.saga-gm.org/Ressources

Depuis le site saga-gm.org et seulement après connexion à l'espace membres, l'onglet "Supports à disposition" permet à tout responsable identifié comme tel sur sa fiche-profil, d'accéder à l'ensemble des ressources mises disposition des
responsables pour la gestion des associations adhérentes à Générations Mouvement.
8 onglets thématiques regroupent des informations, conseils et outils :

      • Activités
      • Communication
      • Développement
      • Évènements
      • Gestion
      • Institutionnel
      • Partenaires
      • Représentations

À partir de ces rubriques, les secrétaires pourront librement télécharger, imprimer ou utiliser :

      • des statuts types validés par notre assureur,
      • la base de données SAGA, Solution d'aide à la
        gestion associative,
      • le tableau complet des avantages économiques accordés par nos nombreux partenaires,
      • les attestations d'assurance qui protègent nos associations,
      • les 70 fiches pratiques d'initiation à l'informatique,les
      • les obligations et documents nécessaires à l'organisation d'un voyage,
      • ...

L'accès à tous ces outils est réservé aux seuls responsables du Mouvement.

  • L'institut de formation des responsables associatifs (Ifra)

www.ifra-gm.org

L’Institut de formation des responsables associatifs (IFRA) a pour objet d’accompagner et développer la politique de formation et de perfectionnement des responsables de Générations Mouvement.

Créé en 1987 par la Fédération nationale, il est animé par un Conseil d’administration et des experts pédagogiques. Les membres de l’IFRA exercent des mandats bénévoles dans le réseau Générations Mouvement et animent eux-mêmes des sessions de formation dans les régions, les départements et les clubs.

  • Le site VoyaGemouv

www.voyagemouv.org

VoyaGemouv est aussi une application mobile destinée aux organisateurs et accompagnateurs de séjours organisés par une association Générations Mouvement. Elle est facilement téléchargeable sur Play Store (Google Play) et Apple Store.

Votre couverture assurance

Ce que souscrivent les fédérations pour elles-mêmes et leurs associations membres (contrat Arcange)

 

POUR COUVRIR LES RESPONSABILITÉS


  • La garantie responsabilité civile vie associative couvre tous les actes de la vie quotidienne de l'association, les réunions, l'administration et la gestion, l'organisation des activités statutaires proposées aux adhérents, etc. Sont exclus les manifestations de plus de 1 000 personnes, l'usage de véhicule terrestre à moteur et les sports à risque (parapente, spéléologie, etc.).
  • La garantie responsabilité civile personnelle des dirigeants couvre les actes des administrateurs de l'association dans l'exercice de leur mandat (fautes personnelles sanctionnées par la justice, à l'exception des actes de malveillance, de la diffamation et de la tenue d'une comptabilité fictive).

 

POUR PROTÉGER LES PERSONNES


  • Les garanties accidents corporels des dirigeants, des bénévoles et des adhérents protègent chacune (dans des proportions différentes) les victimes d'accidents corporels lors des activités de l'association.
  • L'assistance aux dirigeants en déplacement fournit des prestations d'assistance aux dirigeants qui se déplacent à l'occasion de leurs missions associatives.

 

POUR PROTÉGER LES BIENS


  • La garantie dommage aux biens mobiliers protège tous les objets, instruments, outillages, marchandises stockés dans les locaux utilisés par l'association, contre l’incendie, les événements climatiques, les dégâts des eaux, les attentats, les vols et les catastrophes naturelles.
  • La garantie multi-risques informatique protège le matériel informatique et bureautique appartenant à l'association, en tous lieux.

POUR ASSURER LES VOYAGES

Depuis le 1er octobre 2023, afin d'équilibrer notre contrat Arcange, une contribution voyage  est obligatoire pour tout voyage signé avec un opérateur.

  • La garantie assistance voyage de groupes fournit des prestations d'assistance à l'association qui organise ou vend un voyage de groupe, du départ au retour.
  • La garantie annulation couvre les frais liés à l'obligation, pour un adhérent, d'annuler un voyage ou un séjour organisé ou vendu par l'association (maladie grave, accident grave ou décès, rechute ou aggravation d'une maladie chronique et préexistante).
  • La garantie interruption de voyage couvre les frais liés à l'obligation, pour un adhérent, d'interrompre un voyage ou un séjour organisé ou vendu par l'association (prestations non consommées).

Ce que souscrit la Fédération nationale pour les fédérations et leurs associations membres

  • La défense juridique s’organise autour de 3 volets : l’information et l'assistance juridique, en cas de plainte d'une tierce personne (conseils de juristes), la défense des intérêts de l'assuré (l'assureur met en oeuvre les moyens amiables ou judiciaires pour obtenir la solution au litige la plus satisfaisante) et la prise en charge des frais (honoraires d'experts et d'huissiers, intervention des avocats, frais de procédure).
  • La garantie responsabilité civile professionnelle organisateur de voyages et la garantie financière sont liées à l'immatriculation au registre des opérateurs de tourisme. 

À votre disposition : un site www.voyagemouv.org et une application mobile VoyaGemouv disponible sur Play Store et Apple Store.

Le service "tourisme" de la Fédération nationale

La Fédération nationale dispose pour elle-même et l’ensemble de ses associations affiliées, d'une immatriculation au registre des opérateurs de voyage. Avec elle, vous avez toute latitude pour vous mettre en quête de destinations touristiques.

 

LE SERVICE DE LA FÉDÉRATION NATIONALE


 

Sans se substituer aux responsables des associations, l'un de nos permanents, professionnel du tourisme, peut vous apporter une aide précieuse à la réussite de votre projet de voyage :

  • proposition d'un ou plusieurs prestataires,
  • lecture des clauses du contrat et ajustement,
  • comparatif des offres,
  • négociation de tarifs préférentiels,
  • aide à l'organisation.

 

OÙ PARTIR ?


 

Après vous avoir interrogé sur l’âge et les possibilités physiques des adhérents, leurs envies – séjours, croisières, excursions, soleil, durée... nous vous ferons une ou plusieurs propositions chiffrées et serons à votre écoute pour vous aider à concocter de l’insolite, du classique du gastronomique, etc.

 

PARTIR EN TOUTE SÉCURITÉ


 

Plus de quarante partenaires touristiques ont été choisis pour la fiabilité et la qualité de leurs prestations. Les tarifs qu'ils accordent à notre réseau ont été négociés pour 8 000 associations et 500 000 adhérents.

 

Prise en charge par la Fédération nationale pour l'ensemble du réseau, la responsabilité civile organisateur de voyages couvre toutes les associations adhérentes qui organisent ou participent à l’organisation de voyages.
La garantie financière est liée à l’immatriculation au registre des opérateurs de voyages et séjours.
Elle cautionne les voyages de toutes les associations membres de Générations Mouvement.

Un site à l'usage des organisateurs de sorties et de voyages est à votre disposition sur le site www.voyagemouv.org

Une application mobile VoyaGemouv est disponible sur Play Store et Apple Store.

 

Réponses aux questions les plus souvent posées

L'agence qui organise notre prochain voyage nous accorde une gratuité. Est-il normal que celle-ci bénéficie au bénévole qui a préparé ce voyage ?

Non. La gratuité dont bénéficie à titre personnel l'organisateur peut être considérée comme une rétribution « en nature » pour le service qu'il rend. C'est contraire au principe du bénévolat prévu dans la loi de 1901. Les services fiscaux pourraient ici considérer que la gestion n'est pas désintéréssée et requalifier votre association en entreprise marchande, donc la soumettre aux impôts commerciaux.

Une association a-t-elle le droit de placer de l’argent ?

Oui. Une association peut placer de l’argent si les fruits de ce placement favorisent la mise en place d’activités prévues aux statuts. Il doit s'agir de placements sans risque et on privilégiera par exemple le Livret A associatif (plafonné à 76 500 euros). En revanche, s’il s’agit d'accumuler des recettes pour augmenter les fonds propres de l'association, vous sortez du cadre non lucratif imposé par la loi 1901.

L’association que je préside dispose d’un budget annuel de fonctionnement qui s’élève à 2 000 €. Mais nous avons 10 000 € de réserves sur notre compte bancaire. Est-ce un problème ?

Oui. Il faut garder à l'esprit qu'une association est un organisme à but non lucratif. Elle n'a pas vocation à accumuler des fonds propres. Les services fiscaux tolèrent que les réserves correspondent à une année de fonctionnement. Au-delà, ils peuvent considérer que vous constituez un capital, et soumettre l'association aux impôts commerciaux à moins que ces réserves soient comptablement affectées à un projet futur (provisions actées dans un compte rendu de conseil d'administration).

Nous accordons aux membres du bureau et aux bénévoles qui animent nos activités des forfaits mensuels de 10 euros, destinés à couvrir les frais qu'ils engagent (téléphone, etc.). En avons-nous le droit ?

Rembourser aux bénévoles les frais qu'ils engagent pour le compte de l'association est souhaitable. Mais ce remboursement doit se faire sur la base de justificatifs comptables, et la somme remboursée doit être rigoureusement équivalente à celle engagée par le bénévole. Les forfaits sont donc à éviter.

Dès lors que l'association fait venir un musicien ou un orchestre professionnel pour animer une soirée, il faut faire une déclaration au Guichet unique. Est-ce exact ?

C’est vrai si le musicien ou l’orchestre deviennent, le temps de la soirée, vos salariés, c’est à dire que vous êtes employeur occasionnel. Mais certains musiciens sont parfois leurs propres employeurs et ils vous vendent une prestation « clé en mains ». Dans ce cas, c’est à eux que revient le devoir de s’acquitter des cotisations sociales.

La déclaration au Guichet unique fait-elle également office de déclaration Sacem ?

Non. Le Guichet unique gère les cotisations sociales des musiciens, la Sacem les droits des auteurs d’oeuvres musicales. Les deux déclarations n’ont aucun rapport.

Pour vendre des boissons lors d’une manifestation, il faut demander une autorisation à la mairie. Avec cette autorisation, peut-on vendre tout type de boissons ?

Non. On peut vendre des boissons des catégories 1 à 3, c’est à dire des boissons sans alcool (jus de fruits, sodas, café, thé…) et des boissons contenant moins de 18° d’alcool (bière, vin, cidre…). 

Quel mode de scrutin adopter lors des élections au Conseil d’administration lorsque les statuts ne prévoient rien à ce niveau ?

Dans pareil cas, il faut se tourner vers le code électoral qui prévoit que l’élection d’un candidat se fait à la majorité absolue au 1er tour et à la majorité relative au second tour. Imaginons que votre association compte 70 adhérents. 50 sont présents ou représentés à votre Assemblée générale et votent. La majorité absolue est donc fixée à 26 voix. Les candidats qui atteignent ce chiffre dès le 1er tour sont élus. S’il reste encore des postes à pourvoir, les candidats qui obtiennent le plus de voix au second tour sont également élus.

Quelle est la différence entre membre d'honneur et membre honoraire ?

Le conseil d'administration peut désigner des membres d’honneur ou honoraires lorsque les statuts le prévoient. Le membre d’honneur n’a aucune fonction dans l’association. C’est un titre honorifique, accordé à une personne que l’association souhaite distinguer. Le membre honoraire, lui, est obligatoirement un membre de l’association qui a précédemment exercé une fonction au sein du conseil. Il peut être chargé d’une mission par le conseil d'administration et s’acquitte de la cotisation. L’un comme l’autre ne participent aux réunions que lorsqu’ils y sont conviés et n'ont qu'un rôle consultatif, sans droit de vote.

Peut-il y avoir deux associations affiliées à Générations Mouvement dans une même commune ?

Oui. N'importe quelle association qui adhère aux valeurs de Générations Mouvement peut demander son adhésion, même lorsqu'il existe déjà une association affiliée sur la commune.

Sept de nos adhérents n'ont pas payé leur cotisation à la date de l'assemblée générale. ont-ils le droit d'y participer et de voter ?

Les personnes qui prennent part aux délibérations lors de l'assemblée générale doivent être à jour de cotisation. Sans cela, elles ne peuvent se prononcer sur la gestion (vote des rapports), le montant de la cotisation, ni élire les administrateurs. Cela constituerait un vice de forme. Il faut donc veiller à ce que tous les votants soient bien adhérents, et à défaut, leur demander d'acquitter le montant de la cotisation avant la réunion.

Un adhérent de notre association s'est présenté à l'Assemblée générale avec neuf pouvoirs que lui avaient donnés d'autres adhérents. Avions-nous le droit de limiter son nombre de voix ?

Si les statuts de votre association prévoient le vote par procuration mais aucune limitation du nombre de pouvoirs, rien ne vous permettait de refuser à cet adhérent de voter dix fois. Pour éviter qu'un adhérent ne dispose d'un tel poids, il est souhaitable de fixer une limitation du nombre de pouvoirs dans les statuts.

Je suis administrateur référent SAGA de mon club et je rencontre un problème avec le logiciel. A qui dois-je m'adresser ?

Lorsque vous rencontrez un problème avec l'utilisation de la base de données, le premier réflexe à avoir est de consulter la rubrique « Ressources > Outils à disposition ». du site www.saga-gm.org. Vous y trouverez toutes les fiches pratiques, tutoriels, documents ou procédures susceptibles de vous dépanner. Si toutefois, cette démarche s'avérait insuffisante, rapprochez-vous de l'administrateur référent SAGA de votre secteur ou de votre département. 

Une association a-t-elle le droit de placer de l’argent ?

Une association peut placer de l’argent si les fruits de ce placement favorisent la mise en place des activités prévues aux statuts. On choisira évidemment des placements sans risque, comme le Livret A associations. En revanche, s’il s’agit seulement de gonfler les réserves, sans autre objet, cette pratique est contraire au principe de non lucrativité qui doit prévaloir.

Qui doit avoir délégation de signature sur le compte bancaire de l'association ?

Il n'existe aucune règle à ce propos. C'est le Conseil d'administration qui décide. En principe, cette délégation est donnée au trésorier puisque c'est à lui qu'il appartient d'exécuter les dépenses. Pour des raisons pratiques, il peut être utile d'attribuer la signature à une deuxième personne au moins, qui peut être le président ou tout membre du conseil d'administration.

Puis-je enregistrer une dépense sans justificatif ?

Non. Toutes les dépenses doivent être justifiées par une pièce comptable datée et numérotée.

Puis-je refuser d'exécuter une dépense ordonnée par le Conseil d'administration, si je la juge néfaste ?

Non, vous devez respecter à la lettre les décisions du Conseil d'administration. Votre rôle se limite à prévenir le Conseil des éventuelles conséquences que sa décision pourrait engendrer, pas de décider à sa place.

Dois-je présenter le registre comptable à un adhérent qui en fait la demande ?

Oui. Comme tous les autres registres, il est la propriété de l'association, non des seuls responsables. Vous devez la transparence aux adhérents qui vous ont élu.

Peut-on avoir comme président et trésorier deux personnes d'une même famille ?

C’est fortement déconseillé, quelle que soit l'honnêteté des personnes concernées. L'association ne doit pas devenir une affaire familiale. En outre, ce type de pratiques est le meilleur moyen de créer de la suspiscion au sein de l'association, ce qui n'est évidemment pas souhaitable.

Quels documents comptables faut-il présenter aux adhérents lors de l'Assemblée générale ?

Il faut leur présenter le compte d'exploitation de l'exercice (total des charges et produits enregistrés dans l'année dont la différence fait apparaître un excédent ou un déficit) et le bilan (recensement de tout ce que possède l'association, mis en balance avec tout ce qu'elle doit). Ces deux documents constituent le rapport financier, qui sera soumis à approbation.

Augmenter les réserves de l'association d'année en année est-il la preuve d'une bonne gestion ?

Non. Une association bien gérée est une association qui a les moyens de mettre en oeuvre les projets votés en assemblée générale et prévus dans ses statuts. Elle n'a pas vocation à accroître ses réserves.